0

Programme de francisation préscolaire « Je joue en français ».

Publié par Bernard le 23 avril 2013 dans Parents

Le district scolaire francophone-Sud offre le programme de francisation préscolaire «Je joue en français » sur l’ensemble de son territoire. Ce programme unique en son genre au Nouveau-Brunswick vient combler un besoin dans les différentes communautés de notre grand district.

À travers notre district, le pourcentage d’élèves provenant de familles exogames, ordinairement un parent francophone et un anglophone, peut varier de 10  à 100 %. Ces familles ont le droit d’inscrire leur enfant à l’école de langue française même si l’enfant parle peu ou pas français. Nous accueillons aussi de plus en plus de nouveaux arrivants parlant peu ou pas français. Nous devons mettre en place des services de francisation pour ces élèves.

Le programme « Je joue en français » est une des initiatives qui a été conçu pour répondre aux besoins de ces élèves et de mieux les préparer pour la maternelle à l’école de langue française. Le programme comprend deux sessions de deux heures par semaine du mois de février jusqu’au mois d’aout. Le programme est offert par des enseignantes brevetées. Nous comptons présentement plus de 200 élèves qui suivent le programme répartis dans 36 groupes. Un accompagnement est aussi offert aux parents. En plus de l’apprentissage de la langue, nous visons aussi la construction identitaire de l’élève. Les parents y jouent un rôle important. Un enfant qui sent que la culture et langue française sont  importantes pour les parents sera plus apte à vouloir apprendre le français.

Les élèves reçoivent aussi des services de francisation en maternelle. Le programme Je joue en français permet aux élèves de devenir un apprenant autonome en salle de classe plus rapidement.  Les recherches démontrent que cela peut prendre jusqu’à deux ans à un enfant à pouvoir fonctionner dans une deuxième langue. Donc, si nous pouvons débuter la francisation sept mois plus tôt, l’élève pourra suivre le programme de maternelle pleinement plus rapidement.

Les directions scolaires et enseignantes et enseignants sont convaincus de la l’importance de ce programme.   Il serait souhaitable que l’on offre ce programme chaque année. Il est maintenant connu et nous permet de convaincre plusieurs parents que le système d’éducation de langue française est la meilleure option pour assurer un haut niveau de bilinguisme pour leur enfant.

 
1

La francisation au District scolaire francophone Sud

Publié par Bernard le 19 octobre 2012 dans Parents

Voici mon premier billet en tant que coordonnateur des services de francisation au District scolaire francophone Sud. La réorganisation des districts scolaires au Nouveau-Brunswick nous apporte de beaux défis, mais aussi l’occasion de bâtir une nouvelle structure et tenter de faire autrement. Les services de francisation ne font pas exception. En cette année de transition, nous allons étudier comment nous pourrons uniformiser le programme de francisation tout en offrant aux écoles la possibilité de répondre à leurs besoins particuliers.

 En un clin d’oeil, au District francophone Sud, les services de  francisation sont offerts par 18 enseignantes à près de 600 élèves dans 26 écoles. En plus, nous comptons sur 12 moniteurs de langues de deux différents programmes. Les moniteurs du programme provincial offrent surtout des services de francisation aux élèves de la maternelle à la deuxième tandis que les moniteurs de langues du programme l’Odyssée offrent des activités langagières et culturelles aux élèves de la maternelle à 8e année.

Avec le travail acharné des différents intervenants, les élèves apprennent rapidement à communiquer en français et réussissent à participer de plus en plus de façon autonome en classe. C’est impressionnant des voir la vitesse à laquelle ces élèves apprennent le français et c’est émouvant de les voir se construire leur identité culturelle. Quelle chance nous avons de pouvoir offrir à ces familles de conserver une partie de leur héritage.

 
0

Programme de francisation préscolaire, un succès.

Publié par Bernard le 11 juin 2012 dans Parents

Le district scolaire 11 offre depuis le début janvier des services de francisation aux élèves parlant peu ou pas français inscrits à la maternelle en septembre 2012. Ce sont près de 40 élèves qui auront profité de ce programme. Nous avons observé du progrès chez tous les élèves. En plus, les interactions entre la monitrice et les parents auront permis de mieux outiller ces derniers à appuyer leur enfant dans sa construction identitaire. Il sera intéressant de suivre leur progrès en maternelle. Ce projet a été réalisé grâce à une subvention du Groupe d’action de la commission sur l’école francophone (GACÉF). Nous souhaitons bien continuer à offrir ce programme l’an prochain.

Mots clefs :, , ,

 
3

Francisation préscolaire, projet pilote.

Publié par Bernard le 13 janvier 2012 dans Parents

IMG_0048-webLe district scolaire 11 organise un projet pilote de francisation préscolaire. Grâce à une subvention du GACÉF (groupe d’action de la commission sur l’école francophone), un programme de onze semaines sera offert dans trois régions du district. Avec l’inscription hâtive en octobre et l’évaluation de la petite enfance -appréciation directe, nous identifions les élèves ayant besoin de francisation. Nous avons donc une période de dix mois où nous pouvons offrir des services de francisation à ces enfants. Ils auront alors de meilleures compétences en français et seront mieux préparés pour la maternelle. Le projet pilote sera d’une durée de onze semaines avec deux sessions de deux heures par semaine. Près de 25 élèves y prendront part. Le succès du programme sera évalué d’après le progrès des élèves et par les commentaires et réponses des parents à un sondage. Un sondage sera aussi donné aux enseignantes titulaires et de francisation qui recevront les élèves qui pris part au programme. L’objectif de la francisation est d’aider l’élève qui parle peu français d’acquérir les compétences nécessaires en français pour fonctionner de façon autonome en classe. Plus ces élèves ont de bonnes compétences en français, plus facile sera l’intégration à un milieu francophone et moins d’interventions en francisation seront nécessaires à l’école.

Mots clefs :, , ,

 
1

Vers une vision commune de la francisation

Publié par Bernard le 21 novembre 2011 dans Parents

Premier anniversaire à titre de mentor en francisation.
Voilà déjà un an que je suis en poste au district à titre de mentor en francisation. Je profite de cette occasion pour partager mes réflexions sur les services de francisation au district scolaire 11 offerts actuellement et dans le passé pour ensuite énumérer des nouvelles actions qui pourraient contribuer à améliorer le programme.
Notre district couvre un grand territoire incluant tout le compté de Kent et une partie de celui de Westmorland et de Northumberland. Ceci engendre parfois des défis de gestion ou d’uniformité des services offerts au niveau de la petite enfance et des services spécialisés tels l’orthophonie, l’ergothérapie et la physiothérapie. Avec ce grand territoire vient aussi une diversité des communautés et des besoins en francisation. Nos écoles en milieu linguistique minoritaire où il y a une plus grande concentration d’anglophones ont un plus grand défi. Le taux d’ayants droit provenant de familles exogames est plus élevé. Il y a une ou des écoles de langue anglaise offrant un programme d’immersion qui attire les couples exogames mêmes si ces derniers ne doivent pas y avoir accès. Selon la Politique 321, article 6.1.2 « Le directeur ne doit pas admettre un élève francophone ou bilingue au Programme d’immersion en français dans les écoles anglophones. » Ces écoles mettent beaucoup d’effort afin d’attirer ces familles. Pour les écoles en région plus francophones, la diminution du nombre d’élèves est importante et on réalise le besoin d’aller chercher le maximum d’élèves de familles ayant droit à l’éducation en français. Les ressources et les modèles d’interventions offerts varient selon le montant d’élèves ayant besoin de services de francisation. Une école avec quatre élèves ayant besoin de services de francisation peut avoir une enseignante de francisation avec un pointage de 10% tandis qu’une autre école avec 20 élèves ayant besoin de services peut avoir une enseignante de francisation à 50% en plus d’une monitrice de langue. Avec les compressions budgétaires, il est plus difficile de répondre aux besoins.
Depuis que nous avons l’inscription hâtive en octobre, nous recueillons des informations concernant les besoins des élèves et offrons du support aux élèves démontrant des lacunes par le biais des conseillères en transition scolaire. Certaines écoles offrent de sessions de francisation à certains élèves, nous offrons le service de pré-maternelles à tous les élèves ainsi que deux camps de francisation durant l’été.
L’orientation et la vision quant à la francisation du district scolaire 11 a été présenté et validée par les directions scolaires. Elle sera présentée aux enseignantes de francisation et aux titulaires en avril. Afin de la réaliser, il faudra mettre en place différentes mesures. Il faudra trouver une façon d’intervenir davantage avec les préscolaires. Il faudra élaborer des mesures d’accueil et d’accompagnement pour ces familles. Nous avons reçu des fonds afin de mettre sur pied un programme de francisation pour les quatre ans. Les élèves qui auront été identifiés d’après l’Évaluation de la petite enfance-appréciation directe auront accès à un programme de francisation de 10 semaines avec deux sessions de deux heures par semaines.
Avoir accès à plus de ressources en francisation ainsi que le partage de pratiques gagnantes en francisation sera aussi un objectif durant les prochaines années. Cela nous permettra ainsi d’offrir de meilleurs services et de mieux définir notre programme pour ultimement convaincre plus de familles ayant droit à l’éducation de langue française de choisir nos écoles.

Mots clefs :, ,

 
0

Bonne rentrée scolaire 2011.

Publié par Bernard le 16 septembre 2011 dans Parents

Une nouvelle année vient de débuter. Avec la rentrée vient l’accueil d’un plus grand nombre d’élèves ayant besoin de services de francisation. Dans nos quinze écoles primaires du district cette année, nous accueillons 83 en francisation. De ce groupe, environ 15 élèves ont eu la chance de participer à un des deux camps de francisation d’une semaine durant l’été. Je profite de l’occasion pour souhaiter la bienvenue aux nouvelles familles ainsi qu’aux personnes nouvellement affectées au service de francisation à titre d’enseignant ou de monitrice de langue.
À titre de mentor, c’est mon premier début d’année. C’est très intéressant de travailler avec les directions qui reçoivent des demandes d’admission d’élèves anglo-dominants. Dans le domaine de la francisation, cette année nous voulons répandre l’orientation et la vision du district en ce qui concerne la francisation. Nous voulons améliorer nos services afin de recruter un plus grand nombre d’élèves d’ayants droit à l’école de langue française. Nous voulons vendre le fait qu’un couple exogame est une occasion idéale pour transmettre deux cultures et deux langues à leurs enfants en les inscrivant à l’école de langue française.

 
1

Les pratiques et les besoins en francisation au district 11.

Publié par Bernard le 6 juin 2011 dans Parents

Résumé des rencontres dans les écoles

La fin de l’année est déjà à nos portes. Depuis mon entrée en fonction à la fin novembre, en plus de coordonner les services de francisation, ma tâche principale était de préparer une vision ou orientation concernant la francisation pour le district 11. J’ai eu la chance de visiter toutes les écoles offrant le service de francisation. Le but de ces visites était de rencontrer les intervenants pour discuter des services offerts, du matériel utilisé ainsi que des besoins en formation et en matériel.
J’aimerais débuter par féliciter tous les enseignants et enseignantes de francisation et les monitrices de langue pour le beau travail qui se fait. Cela fait une dizaine d’années que nous offrons des services de francisation au district 11. Les besoins sont variés d’une école à l’autre. Les écoles qui ont un grand nombre d’élèves en francisation ont plus de ressources et donc peuvent offrir une plus grande variété de services. Pour ces écoles aussi, il y a la présence d’écoles anglophones à proximité et il y a donc plus d’urgence à faire du recrutement, car on connait des familles ayant droit à l’éducation en français qui choisissent l’école de langue anglaise. Dans un cas en particulier, ce fut la différence entre une classe de 20 élèves et deux classes de 11. Bien des interventions ont été tentées afin de convaincre une famille indécise d’inscrire leur enfant à l’école de langue française. Malheureusement ça n’a pas fonctionné.
Voici un résumé des services offerts, le matériel utilisé ainsi que les besoins qui ont été énumérés à travers le district. En termes de services, les écoles ayant la chance d’avoir une monitrice de langue bénéficient de plus de flexibilité. La monitrice, en plus d’offrir des interventions individuelles ou en petits groupes peut offrir du support dans la classe. Les monitrices sont guidées par l’enseignante de francisation. Malheureusement nous n’avons que 6 monitrices dans le district. Dépendamment du nombre d’élèves et des besoins, on offre des interventions individuelles et en petits groupes. Certaines écoles font des regroupements selon les besoins et non l’âge. C’est-à-dire qu’un élève en première année ayant encore besoin de services pourrait être regroupé avec quelques élèves de maternelle ou bien de 2e année. Pour certaines écoles, l’enseignante de francisation est aussi enseignante en littératie et on intègre des activités de littératie, lecture écriture, aux sessions de francisation. Pour d’autres écoles, il y a une étroite collaboration entre l’enseignante titulaire, l’enseignante de francisation et la monitrice de langue. On planifie par thèmes. Les interventions en francisation viennent appuyer les thèmes exploités en classe. Si certains élèves éprouvent des difficultés, on planifie ensemble des activités. Certaines écoles offrent aux élèves de maternelle de participer à l’heure du conte pour les prés-maternelles, qui s’offre après la journée des m-2. Ces élèves prennent l’autobus avec les 3es à 8es années. On offre aussi à ces élèves d’autres sessions durant cette même période.
Voici quelques réflexions qui se font :
- Afin de minimiser le retrait des élèves de la classe et ainsi manquer des situations d’apprentissage et de développement langagier avec les autres, est-ce qu’on pourrait offrir des services une fois la journée terminée?
- On se questionne sur la livraison du service. Est-ce qu’on peut faire autrement?
- Est-ce qu’il y a dédoublement de services pour certains élèves?
- Est-ce qu’on peut combiner francisation et littératie?
En termes de ressources utilisées, on utilise le lien Francisation sur le portail du ministère. Il y a une variété d’activités et d’informations utiles. On utilise des banques d’images, la trousse Amuse-toi bien, le jeu de vocabulaire « Nomme-moi », la trousse les éditions Passe-temps, le livre Mots courants avec CD, le jeu serpents et échelles ainsi que du matériel de littératie et d’orthophonie. Certaines écoles expérimentent la trousse Petits Pas. Les commentaires sont très positifs. On y retrouve 20 thèmes, on incorpore des comptines, l’élève peut l’utiliser à la maison et ça demande peu de préparation. Il serait souhaitable que toutes les écoles possèdent cette trousse.
En terme de besoin de formation, il a été partagé par plusieurs que :
- un partage de matériel préféré de tous les intervenants serait profitable.
- Une session portant sur les différents modèles d’interventions serait souhaitable.
- L’on discute de l’accompagnement des parents.
- L’on identifie des modèles de formation.

 
0

Quelques conceptions non fondées concernant l’apprentissage d’une deuxième langue et l’école de langue française.

Publié par Bernard le 27 mai 2011 dans Parents

Les informations pour ce billet proviennent de l’article « Le bilinguisme d’enfants de couples exogames et l’éducation en français : Mythes et réalités » du chercheur Réal Allard paru dans la revue Connexions de la Fédération des parents francophones de l’Alberta.
En milieu minoritaire, le choix entre l’école de langue anglaise et langue française est un sujet important pour nos jeunes familles. Il serait important de clarifier certaines conceptions non-fondées que l’on peut avoir. Dans les paragraphes qui suivent, nous allons en clarifier quelques-unes.
Chez les 0 à 4 ans, on peut croire que l’enfant serait tout mêlé d’apprendre deux langues à la fois. Selon une étude de Hamers et Blanc, 2000, les enfants peuvent très bien apprendre deux langues à la fois. Dans un milieu minoritaire comme le nôtre, il est préférable que l’enfant apprenne la langue de la minorité, dans notre cas le français. Vivant dans une région où l’anglais est omniprésent, il est plus facile pour l’enfant d’apprendre cette langue tout en apprenant le français. On parle alors de bilinguisme additif.
Certaines personnes peuvent croire que l’enfant qui fréquente l’école de langue française ne connaîtra pas assez bien l’anglais. Chez le couple exogame, l’enfant parle en anglais avec le parent anglophone vie dans un environnement souvent plus anglais. En parlant français avec le parent francophone et en soutenant l’apprentissage du français, cela permet à l’enfant de développer ses compétences dans les deux langues.
On peut croire que le programme d’immersion de l’école anglophone peut donner les mêmes résultats que l’école de langue française. Le programme d’immersion vise que les élèves deviennent fonctionnels en français et qu’ils acquièrent une ouverture d’esprit face à la culture et la communauté francophone. Pour ces élèves, s’ils veulent s’inscrire à une institution poste secondaire, ils doivent souvent suivre des cours additionnels en français. L’école de langue française a une double mission, la réussite scolaire et la construction et l’entretien d’un sentiment d’appartenance et un désir de contribuer à l’épanouissement de la communauté acadienne et francophone. En plus d’avoir les compétences en français pour fréquenter une institution post secondaire en français, les élèves ayant fréquenté l’école de langue française ont bien souvent les compétences pour fréquenter une institution post secondaire de langue anglaise.
Alors dans un milieu francophone minoritaire, l’apprentissage de deux langues à la fois se fait normalement. Le choix de l’école de langue française permet à l’élève de développer des compétences dans les deux langues en plus de se construire une identité francophone. C’est le message que nous essayons de transmettre aux parents qui ont des doutes quant au choix de l’école pour leur enfant.

Mots clefs :

 
0

Penser autrement pour offrir des services aux élèves ayant des besoins en francisation.

Publié par Bernard le 11 mai 2011 dans Parents

Depuis quelques années maintenant, le district scolaire 11 procède à l’inscription hâtive des élèves de la maternelle.  En début octobre, les parents sont invités à venir inscrire leur enfant qui débutera la maternelle onze mois plus tard.  Une fois les élèves inscrits, on prend rendez-vous pour l’administration de l’Évaluation de la petite enfance. Cette évaluation permet de mieux connaître nos élèves et de préparer les services pour les élèves.  Au district 11, avec l’aide du Centre de ressources familiales de Kent, on offre la pré-maternelle, un programme composé d’une session de deux heures une fois par semaine pour 12 semaines. De plus les conseillères en intervention préscolaire offrent des services.

En ce qui concerne la francisation, ces interventions permettent d’identifier les élèves qui nécessiteront des services.  Certaines écoles mettent en place d’autres services spécifiques pour ces élèves durant l’année scolaire précédant leur entrée en maternelle.

1-    L’heure du conte animée par l’aide-bibliothécaire et le service de bibliothèque offert.

2-   Des sessions de francisation sont aussi offertes une ou deux fois par semaine. 

3-   Un camp de francisation d’une semaine est ordinairement organisé dans certaines régions du district durant l’été.   

4-   Une soirée d’information spécifiquement pour les familles anglo-dominantes.

Avec l’élaboration d’une orientation au niveau du district pour la francisation, nous allons tenter d’être plus créatifs et multiplier les services en plus d’ajuster nos interventions.

 
0

Le cadeau de la culture acadienne et francophone

Publié par Bernard le 21 avril 2011 dans Parents

Être un ayant droit à l’éducation francophone au Nouveau-Brunswick est une situation privilégiée. Pour les couples francophones au Nouveau-Brunswick, l’apprentissage de l’anglais se fait assez facilement selon la prédominance de l’anglais dans la région.  Le taux de bilinguisme est assez élevé chez les francophones au Nouveau-Brunswick. Pour le couple francophone –anglophone, c’est une belle occasion d’offrir deux cultures à un enfant.  S’identifier à la culture de la majorité se fait de façon naturelle.  Pour un couple exogame, le choix de l’école francophone peut offrir l’occasion d’offrir une deuxième culture à l’enfant. Afin d’aider l’enfant à s’identifier à la culture francophone et acadienne, il est important que la famille exogame offre des occasions à leur enfant de vivre en français à la maison et dans la communauté.

Voici quelques suggestions pour les parents :

-          Parler en français à l’enfant dès la naissance;

-          Lire des livres en français à l’enfant dès sa naissance et jouer des jeux  en français;

-          Écouter avec lui la radio et musique française, regarder la télévision ou des films en français et prendre le temps de participer avec lui à des activités qui se déroulent en français dans la communauté;

-          Choisir une garderie française ou un service de garde en français;  

Le plus tôt que les familles exogames réalisent ceci le plus l’enfant sera préparé pour l’entrée en maternelle.  Ce défi s’applique même aux familles francophones qui ne réalisent pas l’ampleur de l’influence de l’anglais sur les résultats scolaires.

Mots clefs :,

Copyright © 2014 Francisation au District scolaire francophone Sud Tous droits reservés. Theme par Laptop Geek.